PROVINCE TRINITERA MALAGASY


Aller au contenu

miserasera

Serasera

MESSAGE DE SA SAINTETÉ BENOÎT XVIPOUR LA XLV JOURNÉE MONDIALE DE PRIÈRE POUR LES VOCATIONS
13 AVRIL 2008 - IV DIMANCHE DE PÂQUES
Thème : «Les vocations au service de l'Église-mission»

[...] 7. De plus, pour que l'Église puisse continuer à accomplir la mission qui lui a été confiée par le Christ et qu’il y ait toujours les évangélisateurs dont le monde a besoin, il est nécessaire que l’on ne néglige jamais dans les communautés chrétiennes une constante éducation à la foi des enfants et des adultes ; il est nécessaire de maintenir vivant chez les fidèles un sens actif de la responsabilité missionnaire et de la participation solidaire avec les peuples de la terre. Le don de la foi appelle tous les chrétiens à coopérer à l'évangélisation. Cette conscience est nourrie par la prédication et la catéchèse, la liturgie et une continuelle formation à la prière ; elle grandit par l'exercice de l'accueil, de la charité, de l'accompagnement spirituel, de la réflexion et du discernement, ainsi que par un projet pastoral dont le souci des vocations fait intégralement partie.
8. C'est seulement dans un terrain spirituellement bien cultivé que fleurissent les vocations au sacerdoce ministériel et à la vie consacrée. En effet, les communautés chrétiennes, qui vivent intensément la dimension missionnaire du mystère de l'Église, ne seront jamais portées à se replier sur elles-mêmes. La mission, comme témoignage de l'amour divin, devient particulièrement efficace quand elle est partagée d'une manière communautaire, «afin que le monde croie» (cf.
Jn 17, 21). Ce don des vocations, l'Église le demande chaque jour à l'Esprit Saint. Comme à ses débuts, recueillie autour de la Vierge Marie, Reine des Apôtres, la Communauté ecclésiale apprend d'elle à implorer du Seigneur la floraison de nouveaux apôtres qui sachent vivre en eux la foi et l’amour qui sont nécessaires pour la mission.
9. Alors que je confie ces réflexions à toutes les Communautés ecclésiales, afin qu'elles se les approprient et surtout qu'elles s'en inspirent pour la prière, j'encourage l'engagement de tous ceux qui agissent avec foi et générosité au service des vocations et de grand cœur j'adresse aux formateurs, aux catéchistes et à tous, spécialement aux jeunes en chemin vocationnel, une particulière Bénédiction Apostolique.
Du Vatican, le 3 décembre 2007.
BENEDICTUS PP. XVI



L'Ordre de La Très Sainte Trinité (Trinitaires) est une famille religieuse fondée par un français, Jean de Matha (1154-1213) avec une Règle propre, approuvée par Innocent III le 17 décembre 1198 par une bulle Operante divine dispositionis. C'est la première institution officielle de l'Eglise qui se consacre au service de la rédemption sans armes à la main, sans autre armure que la miséricorde et dans la seule intention de redonner l'espérance à des frères dans la foi qui souffrent sous le joug de la captivité.
Jean de Matha fonde un projet de vie religieuse dans l'Eglise, nouveau et original, dont la texture est profondément évangélique. Il rattache la Trinité et la rédemption des captifs: L'Ordre est l'Ordre de la Très Sainte Trinité et de la Rédemption des Captifs, et les frères de Jean de Matha sont Les frères de la Sainte Trinité et de la Rédemption des captifs.
La Règle rédigée par Jean de Matha est le principe et le fondement de l'Ordre Trinitaire. Adaptée au cours de 800 ans par la tradition, principalement par l'esprit et l'oeuvre du Réformateur Jean Baptiste de la Conception, elle se prolonge dans les Constitutions Trinitaires approuvées par le Saint Siège.


La tradition trinitaire voit en Félix de Valois le co-fondateur de l'Ordre, compagnon de Jean de Matha dans la solitude de Cerfroid non loin de Paris. C'est à Cerfroid que s'implante la première communauté trinitaire. C'est pourquoi on considère cette maison comme maison-mère de tout l'Ordre.



L'Ordre Trinitaire, en union avec toute la Famille Trinitaire, célèbre du 17 décembre 1998 au 17 décembre 1999, le VIII' centenaire de sa fondation (1198-1998) et le IV Centenaire de la Réforme (1599-1999). Huit cents ans d'histoire d'un projet évangélique original qui a germé dans l'église à la fin du XII' siècle sous l'impulsion d'un français: Jean de Matha.

Depuis qu'il est étudiant et ensuite maître en théologie à Paris, Jean de Matha cherche la volonté de Dieu sur lui. L'appel de Dieu se fait pressant vers la trentaine. Il décide alors de devenir prêtre. Pendant sa première messe, Dieu lui montre sa volonté: il voit le Christ Rédempteur tenant deux captifs dans ses mains.

Dieu le veut tout dévoué à l'oeuvre de la rédemption des captifs. Il fera don à l'Eglise d'un charisme évangélique nouveau dont les éléments essentiels se définissent en ces termes: Trinité et Rédemption.


Les membres du nouvel institut s'appelleront: frères de la maison de la trinité. Ils se consacreront aux oeuvres de miséricorde, et de manière spéciale aux rachat des captifs chrétiens. Ils destinèrent le tiers de leurs biens (tercia pars) à cette fin.

A une époque où le fracas des épées et des guerres se fait entendre, Jean de Matha propose une alternative d'essence évangélique bien différente, basée sur la charité, la tolérance, la convivialité pacifique et la solidarité chrétienne. Son oeuvre reçoit un accueil très favorable du pape Innocent III et en peu de temps s'étend dans l'Europe entière. Aujourd'hui, ce sont huit cents ans d'activité rédemptrice qui s'accomplissent. C'est une longue histoire digne d'être rappelée et célébrée, non seulement par les trinitaires, mais aussi par les religieuses et le laïcat trinitaire, car le projet initial de jean de Matha s'est développé au cours de l'histoire en donnant naissance à neuf instituts religieux et à de nouvelles formes de vie du laïcat. Ils constituent ensemble la Famille Trinitaire.

Nos célébrations sont doubles, car nous fêtons aussi les quatre cents ans du Bref papal, confirmant la Réforme Trinitaire, menée à son terme par saint Jean Baptiste de la Conception (1561-11613). Le saint réformateur insuffla une nouvelle vigueur et un nouvel esprit au charisme de Jean de Matha. Retourner à la ferveur des origines, tel fut l'objectif de la Réforme.

Dans le cadre de la préparation du Jubilé de l'an 2000, où l'Esprit qui imprègne ces célébrations ne manque pas de souffler fortement pour secouer nos somnolences, toute la Famille Trinitaire porte son regard sur ses origines évangéliques et charismatiques. En s'enracinant dans une fidélité mûrie, créative et dynamique à son charisme des origines, elle vient, avec une nouvelle vigueur, accomplir sa mission de charité et de rédemption en faveur des victimes de la persécution, du martyre et de l'oppression. Les nouveaux esclavages interpellent tout particulièrement les soeurs et les frères trinitaires de notre temps.

Dans le partage d'un même charisme, les membres de la Famille Trinitaire disséminés sur différents points du globe, proclament la véritable liberté en faveur de ceux qui en sont privés, ils travaillent à la promotion de la dignité des pauvres et des opprimés, ils accueillent les réfugiés, les émigrants et les immigrants, ils viennent en aide aux plus nécessiteux, ils annoncent l'évangile en terres de mission, ils sont solidaires des persécutés à cause de leur engagement pour l'évangile et ils exercent le ministère pastoral selon le caractère propre de leur charisme.

Les soeurs et frères trinitaires, n'ayant d'autre raison d'être que pour la gloire de la Trinité et la rédemption des captifs, sont aujourd'hui dans l'Eglise et pour le monde des témoins de Dieu Trinité et des apôtres de la rédemption.


Home Page | Vatsim-panahy | Ordre Trinitaire | Madagasikara | Centre spirituel Di Donna | Dans le Monde | Trinitera aty Italia | Serasera | Plan du site


Sous-menu


Revenir au contenu | Revenir au menu